sida | Quadra et compagnie

Home  Blog  Photos  Recettes    

warning: Creating default object from empty value in /home/quadraet/public_html/1/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.

sida

François, épilogue - Fin

J'arrive rapidement devant la maison de François et quelle surprise ! Un petit camion de déménagement est devant, la maison est effectivement ouverte et je me trouve nez à nez avec... ses parents et son frère.

Elle dirige les opérations de vidage de la maison. Le père et le fils font office de porteurs.

François, épilogue

Ce 2 novembre (2013) François aurai fêté ses 50 ans. Cela aurai probablement été l'occasion d'une fiesta à tout casser, comme pour ses 30 ans ;)

Les épisodes précedents sont là : Rubrique François,  ça commence le 09/09/2007.

Je poursuis donc en "condensé" car je n'ai ni l'envie, ni le courage de tout reprendre au quotidien...

Vendredi 21 novembre 1997

Visite en fin d'après midi ;) et ensuite je descends chez mes parents, je pars avec mon sac de voyage... J'appelle quand même l'hôpital dans la matinée, je ne peux pas attendre. Ils ont fait l'électro-encéphalogramme qui ne laisse pas paraitre de lésions cérébrales. Le foie a cessé de se dégrader, les dosages sont même un peu meilleurs qu'hier, les reins sont au même point, peut être un peu mieux mais l'évolution est minime, il y a encore eu des pauses respiratoires.

Jeudi 20 novembre 1997

Pas de visites pour moi aujourd'hui. Coup de fil à l'hôpital, il y a eu encore plusieurs pauses respiratoires, brèves mais quand même... L'état du foie semble se stabiliser, les dosages sont identiques à ceux d'hier, le staphylo diminue toujours, on est arrivé à un dosage" acceptable " en fait il quasiment parti mais cette bactérie est tellement coriace qu'il ne faut pas se réjouir tant qu'il en reste une trace, le CMV a bien régressé, s'il continue à

Mercredi 19 novembre 1997

Ce matin le compagnon de François m'appelle pour m'annoncer qu'ils ont un rendez vous avec le docteur à 15h00 et que je peux venir. Ok je ne travaille que jusqu'à 13h00 ça va être possible. Les nouvelles ne sont pas bonnes, toujours des pauses respiratoires, le virus et la bactérie reculent mais très lentement, le foie est détruit à plus de 50%, les reins toujours complètement HS.

Mardi 18 novembre 1997

Aujourd'hui je ne travaille que le matin. Lors de l'appel à l'hôpital les nouvelles ne sont pas bonnes du tout... Il a à nouveau fait 2 brèves pauses respiratoires, le foie continue de s'abîmer, seul point positif, le CMV est stable et le staphylo continue de baisser un peu... La situation devient franchement critique du côté hépatique... Les pauses respiratoires alliées aux

Lundi 17 novembre 1997

Pas de visite à l'hôpital pour moi aujourd'hui, mes horaires de travail ne coïncident pas... Je laisse le compagnon de François dormir, je lui dépose juste une" gazette " avant d'aller bosser. A la pause de 10h00 j'appelle l'hôpital, j'ai enfin compris que ce n'étais pas trop la peine d'appeler avant parce que les médecins n'avaient pas fait leur" tournée " et on n'avait pas de nouvelles" fraiches ", m'a fallu le

Dimanche 16 novembre 1997

A nouveau je fais le chauffeur. On arrive au vestiaire en même temps que les parents de François, c'est rare, en général ils sont là avant nous. En fait les horaires de visite ont été légèrement décalés par l'équipe médicale, ils terminaient un soin. En entrant on a vu de quel soin il s'agissait... Les reins ne fonctionnent plus, ils ont branché la machine à dialyse...

Samedi 15 novembre 1997

Aujourd'hui pas de travail du tout. Je devais aller à Bayonne chez des amis mais j'ai annulé, je n'ai pas du tout le coeur à faire la fiesta et je ne voudrais pas pourrir l'ambiance. Je fais à nouveau le chauffeur ;) A l'arrivée on n'a pas besoin de demander si ça va. François a le teint jaune cireux... Le foie recommence à se dégrader, fichu CMV. En fait c'est l'effet

Vendredi 14 novembre 1997

Aujourd'hui visite à l'hôpital, je n'appelle donc pas le matin. On part ensemble le compagnon de François et moi. Il est trop à côté de ses pompes avec le somnifère, le stress etc... il n'est pas, raisonnablement, en état de conduire. François s'est encore amaigri. Il sèche. L'arrête du nez est très saillante, la peau tirée sur les pommettes...

Jeudi 13 novembre 1997

Appel à l'hôpital avant de partir travailler mais ils sont débordés, je les rappellerai plus tard... Je n'appelle pas le compagnon de François, sont médecin lui a donné des somnifères pour qu'il puisse dormir un peu, je ne voudrais pas le réveiller... Pause téléphone. Le CMV est en recul, les poumons semblent se nettoyer (tout est relatif mais il y a du mieux), le foie ne semble se détruire plus qu'il ne l'est.

Mercredi 12 novembre 1997

Aujourd'hui je vais aller à l'hôpital. A l'entrée dans la chambre j'ai un choc. François a en effet beaucoup changé depuis la dernière fois que je l'ai vu. Il a beaucoup maigri ces derniers jours et a le teint jaunatre. Le CMV recule effectivement au dernier comptage, le staphylo aussi, le foie est toujours attaqué et les pertes en nutriments sont de plus en plus importantes, les suppléments passés par perf ne sont pas assimilés.

Mardi 11 novembre 1997

97 Après une belle insomnie, quasiment nuit blanche, je me lève le moral en berne. Je saute sur mon téléphone. Encore 1 pneumothorax" recollé ", le foie continu de se détruire, c'est comme s'il se cirrhosait sous l'effet du CMV. Le CMV semble reculer un peu toutefois ou alors il est allé s'attaquer à une autre zone car ils craignaient une plus grande destruction à ce jour.

Lundi 10 novembre 1997

Lever avec un palan, je suis en retard, je pars en courant au boulot. A 10h00 j'appelle l'hôpital. Les dernières analyses confirment l'attaque du foie par le CMV. Cette nuit François a fait un nouveau pneumothorax qui a été recollé à la seconde tentative. La fièvre ne tombe pas, le staphylo ne réagit toujours pas aux antibio il est trop tôt.

Dimanche 9 novembre 1997

Aujourd'hui je dois aller chez mes parents. J'appelle l'hôpital avant de partir. La situation est stable côté fièvre. Par contre côté pulmonaire c'est pas la joie... Le staphylo est bien entré dans les poumons, il s'allie au CMV pour les faire flancher. Ils ont augmenté la pression de

Samedi 8 novembre 1997

Très mauvaise nuit. Lever tôt, appel à l'hôpital. La fièvre est toujours là. Le CMV réattaque les poumons. François a de nouveau du mal à respirer. Le staphylocoque est en pleine forme, la dernière numération n'est pas rassurante.

Vendredi 7 novembre 1997

Lever tôt, appel à l'hôpital. Les analyses ont parlé. C'est une double infection. Le CMV s'est réactivé et un staphylocoque doré (le fameux) est arrivé pour mettre le bazar par-dessus. Le CMV c'est la faute à pas de chance, le staphylo a du profiter de la trachéo pour entrer,les délais d'incubation concordent... C'est une maladie

Jeudi 6 novembre 1997

Dépôt de la gazette du jour. Arrivée au travail, cours à donner devant 20 grands dadais de 18 ans qui s'étonnent un peu de voir leur prof avec les yeux au milieu des joues et d'une humeur assez chatouilleuse. Pause de 10h00 appel à l'hôpital. Le réveil est stoppé. François a eu une poussée de fièvre à 39,7.

Mercredi 5 novembre 1997

Appel de l'hôpital tôt le matin. Les poumons sont bien recollés et se dégagent vite, ils devraient commencer le réveil dés ce soir. La CRP est toujours au-dessus de la norme mais stable et les cultures ne donnent rien. Je n'irai pas en visite aujourd'hui car j'ai le second entretien pour la boîte où je suis arrivée à plat ventre. Ils ne craignent pas les maladroits ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !